Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Axes de recherche > Idéologies et constructions littéraires du savoir

Idéologies et constructions littéraires du savoir

Responsable : Claude Rétat (CNRS)

Les travaux qui prennent place à l’intérieur de cet axe sont fédérés par un objectif commun : montrer comment le savoir se construit en littérature et par la littérature, et démontrer du même coup que l’étude critique de la littérature est une voie d’accès non seulement pertinente, mais indispensable pour comprendre les conditionnements de notre savoir, pour en repérer et situer les expressions, en analyser les modèles, les valeurs et les idéologies à l’œuvre.

Certains des projets proposés s’inscrivent clairement dans la continuité du précédent quadriennal, comme celui portant sur la figure du chercheur, dont la représentation change notablement entre le XVIIIe et le XIXe siècle.

D’autres sont plus axés sur un siècle, tout en prenant en compte une période antérieure, comme le projet portant sur les romans de la révolution.
Dans l’un et l’autre cas, un effort pour penser l’intégration littéraire des savoirs (et la façon dont la littérature reconfigure ceux-ci) sur deux siècles correspondant au périmètre du LIRE permet de réfléchir sur les ruptures épistémologiques et sur la façon dont le rapport au temps est modifié en profondeur à partir de la Révolution française.

Deux autres projets (sur le merveilleux en rapport avec l’investigation scientifique à l’époque des Lumières et sur les romans d’anticipations au tournant des XIXe et XXe siècles) insistent sur les spécificités séculaires, ou plutôt sur des façons spécifiques de rêver ou de penser la science dans son rapport à la littérature à une époque donnée.

Les projets développés dans cet axe

- Représentations et constitution du chercheur (XVIIIe-XIXe siècles)

Ce programme s’inscrit dans la suite du programme sur la découverte (« Découvrir. Discours et modèles de la découverte, 1760-1914 ») et tire profit de ses acquis et des problématiques posées. L’objectif, rappelons-le, était de dépasser le simple énoncé des « découvertes » et de s’interroger sur la notion, la valeur « découverte », la valorisation occidentale du « découvrir » en tant qu’acte fondateur…

Lire la suite

- La naissance d’un genre ? Romans d’anticipation scientifique à la fin du XIXe siècle (1880-1914)

L’objectif de cette recherche est la compréhension des mécanismes de constitution d’un genre nouveau à la fin du XIXe siècle, le roman d’anticipation scientifique (ancêtre de la science-fiction)…

Lire la suite

- Les romans de la révolution (1793-1912)

C’est un lieu commun que de dire que la Révolution française a enfanté le XIXe siècle. La Révolution a fait des petits, d’autres révolutions, bien sûr. Mais elle a surtout instauré un nouveau « régime d’historicité » (François Hartog), qui engage une nouvelle configuration de la pensée, autour de quelques questions têtues et lancinantes…

Lire la suite

- Politiques de la merveille

La notion de merveille est particulièrement intéressante dans la mesure où elle permet à un mode de fictionnalité littéraire abondamment pratiqué au XVIIIe siècle (« le merveilleux ») d’accueillir et de dynamiser des efforts de pensée qui poussent l’imagination aux limites du concevable et du possible…

Lire la suite

- Formes et figures de la marche dans la pensée et la littérature des pays anglo-saxons

Une équipe d’anglicistes, américanistes et postcolonialistes du LIRE entend se consacrer à un domaine encore peu représenté en France et qui s’intègre autant dans les thèmes traditionnels du LIRE que dans les divers axes et projets qui font partie du contexte de recherche lyonnais : l’étude des dimensions cognitives, esthétiques et idéologiques des représentations du rapport entre l’homme et son environnement…

Lire la suite