Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Evénements > Colloques > Archives des colloques du LIRE > Colloques 2014

Colloque « La romance en France du Dictionnaire de musique aux Romances sans paroles », Lyon 3–4 juin 2014.

Organisé par Christine Planté

publié le , mis à jour le

Colloque « La romance en France du <em>Dictionnaire de musique</em> aux <em>Romances sans paroles</em> », Lyon 3–4 juin 2014.


Présentation

Après deux journées d’étude consacrées respectivement

  • à La romance au tournant des XVIIIe-XIXe siècles (27 juin 2012)
  • et à La romance dans la période romantique (19 septembre 2013), on s’attachera surtout dans cette troisième rencontre à l’évolution du genre après 1850.

De nombreux commentateurs insistent désormais sur la dégradation de la romance par rapport à un idéal de simplicité et de sensibilité forgé par la définition de Rousseau. Cette dégradation est le plus souvent décrite comme une rançon de son succès, et un effet d’une production massive. Les compositeurs tendent alors à se détourner d’un genre commercial au profit d’autres formes comme la mélodie française. Cependant au même moment, des poètes désireux de se libérer des « formes vieilles » revendiquent plus que jamais son utilisation comme source d’un renouveau poétique (Rimbaud, dans les Vers nouveaux, Verlaine, dans les Romances sans paroles).

Cette évolution aux caractéristiques apparemment contradictoires impose de réfléchir aux rapports entre art populaire et art savant, production de masse et avant-gardes, mais aussi entre musique et poésie, ainsi qu’aux effets d’une circulation des pièces musicales et littéraires facilitée par l’évolution des moyens de reproduction et de diffusion.

Les analyses développées à propos des périodes antérieures invitent à nuancer l’idée d’une dégradation continue au cours du siècle, comme celle d’une opposition nette entre un usage second et savant succédant à la pratique d’un genre simple et populaire en son origine. Un des traits constitutifs de la romance serait précisément d’être liée, dès ses premiers emplois, à une conscience de la dégradation, impliquant une relation à un âge d’or révolu dont elle active la nostalgie et veut conjurer la perte.

Pour cerner cet objet multiple, ainsi que les nombreuses représentations et discours qu’elle suscite, on fera appel à différentes approches. Un regard sociologique permettra de saisir les milieux dans lesquels se développe la romance, ses modes de diffusion, ses publics, la formation des artistes qui l’écrivent ou l’interprètent. L’analyse musicologique pourra s’attacher, au-delà de ses caractères formels, à la façon dont elle est utilisée dans l’enseignement de la musique chantée ou instrumentale, aux formes multiples de sa transposition et de ses réemplois, à son rôle dans l’émergence d’esthétiques nouvelles. Dans une période où la romance de la reine Hortense « En partant pour la Syrie » fait quasiment fonction d’hymne national, on s’intéressera à l’étude des valeurs idéologiques diverses (nationale, populaire, féminine, portant mémoire d’un passé perdu…) dont la romance se voit investie, et de ses utilisations à des fins politiques variées. L’étude poétique prêtera attention à la libération des contraintes métriques qu’appelle la musique, et cela que le texte soit effectivement destiné à être chanté ou qu’il fasse signe vers une musique absente qu’il se donne pour modèle. Symétriquement, on pourra s’interroger sur la place des paroles absentes dans les formes musicales, les romances sans paroles. L’évolution du genre invite enfin à revenir d’un point de vue esthétique sur la place du sensible, du populaire, mais aussi du pastiche et de l’ironie dans une redéfinition de la poésie, de sa place et ses fonctions.

Comité scientifique

  • Olivier BARA, professeur de littérature du XIXe siècle, Lyon 2, UMR LIRE
  • Christine PLANTÉ (professeure de littérature du XIXe siècle, Lyon 2, UMR LIRE)
  • Anne PENESCO, professeur de musicologie du 19e siècle, Lyon 2, UMR LIRE
  • Pierre SABY, professeur de musicologie du 18e siècle, Lyon 2, UMR LIRE
  • Vincent VIVÈS, Professeur de Littérature française des XIXe-XXe siècles, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
  • Seth WHIDDEN, professeur de littérature française, université de Villanova, USA, co-responsable de rédaction des revues Parade sauvage et Verlaine

Comité d’organisation

  • Elisabeth Baïsse-Macchi, Nedjima KACIDEM. (ITA, LIRE)
  • Christine PLANTÉ, Pierre SABY. ( Lyon 2, LIRE)

Programme

La romance en France du Dictionnaire de musique aux Romances sans paroles.

Troisièmee partie : Après 1850

3-4 juin 2014

Lyon 2, Faculté Lesla, salle des colloques

Illustrations musicales :

  • Françoise MASSET, soprano
  • Françoise TILLARD, piano

Mardi 3 juin

- 9h30-13h00 Modératrice et discutante : Anne-Sophie LETERRIER (Université d’Artois, CREHS)

  • 9h30 accueil des participants
  • 10h00 Introduction Christine PLANTÉ (Lyon 2, LIRE) : Le temps de la romance
  • 10h30 Raphaëlle LEGRAND, (Paris IV, EA « Patrimoines et Langages Musicaux ») : Sur quelques romances chantées à la Comédie Italienne par Rose Dugazon
  • Pause
  • 11h30 Jean-François BALLÈVRE, pianiste, chef de chant : La romance dialoguée
  • 12h00 Florence LAUNAY, chercheuse indépendante : L’Album Viardot de 1850
  • 13h00-14h30 pause-déjeuner

- 14h30-16h30 Modératrice Anne PENESCO (Lyon 2, LIRE)

  • 14h30 Olivier BARA (Lyon 2, LIRE) : La romance dans l’opéra de demi-caractère : ses enjeux esthétiques et dramaturgiques à l’Opéra-Comique et au Théâtre Lyrique sous le Second Empire
  • 15h00 Jean-Christophe BRANGER (Université Jean Monnet Saint-Étienne, LIRE) : La romance dans les ouvrages lyriques créés à l’Opéra de Paris sous le Second Empire
  • Pause
  • 16h00-18h30 Concert

Mercredi 4 juin

- 9h30-12h Modérateur Arnaud BERNARDET (Université McGill, Montréal, Canada)

  • 9h30 Alain CHEVRIER, chercheur indépendant, métricien : Le vers-refrain, héritage de la romance
  • 10h00 Christine PLANTÉ (Lyon 2, LIRE) : L’article « Romance » du Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle
  • 11h00 Pause
  • 11h30 Anne PENESCO, professeure de musicologie (Lyon 2, UMR LIRE) : Les romances de Fauré et le goût musical français
  • Pause-déjeuner

- 14h00-17h00 Modérateur Olivier BARA (Université LYON 2, LIRE)

  • 14h00 Arnaud BERNADET (Université McGill, Montréal, Canada) : Ces « choses » du « séqs » : Verlaine au cœur de la romance
  • 14h30 Seth WHIDDEN (Université de Villanova, USA) : « Espèces de romances » (Rimbaud)
  • Pause
  • 15h30 Vincent VIVÈS (Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, CALHISTE) : Poétique de la romance comme genre mineur

Programme du colloque

Programme du concert