Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Membres associés > Maira Daniele

Maira Daniele

Professeur de littérature française, Université de Göttingen

publié le , mis à jour le

- Daniele Maira a fait des études de littérature française et italienne aux universités de Bâle, Paris IV-Sorbonne et Hambourg.

- Il a été accueilli comme chercheur associé dans plusieurs universités : Paris IV Sorbonne, Yale University, Saint-Etienne (UMR LIRE).

- En 2004, lors du VIIe centenaire de la naissance de Pétrarque, il a été commissaire de l’exposition “Nel libro di Laura – La poésie amoureuse de Pétrarque à la Renaissance” (catalogue illustré paru au Schwabe Verlag, Bâle).

- Depuis 2013 il est professeur de littérature française à l’Université de Göttingen.

Domaines de recherche

  • Littérature de la Renaissance (poésie, pratiques éditoriales)
  • Réception et construction idéologique de la Renaissance au XIXe siècle
  • Écriture de l’Histoire au XIXe siècle
  • Études sur le Genre, masculin/féminin

Formation et expériences professionnelles

  • Depuis 2013. Professeur de littérature française à l’Université de Göttingen
  • 2011-2013. Maître-assistant de littérature française, Université de Bâle, Institut d’Etudes françaises et francophones.
  • 2011. Qualifié aux fonctions de maître de conférences par le Conseil national des universités (France) dans la section 9 (langue et littérature françaises).
  • Depuis 2010. Unité Mixte de Recherche CNRS 5611 « Littérature, Idéologie, Représentations »/ Université Jean Monnet de Saint-Etienne, chercheur associé.
  • 2009-2010. Yale University (French Department), chercheur affilié
  • 2007-2008. Diplôme de didactique universitaire — Université de Bâle, formation continue pour les enseignants universitaires.
  • 2005-2009. Maître-assistant de littérature française, Université de Bâle, Institut d’Etudes françaises et francophones.
  • 2001-2005. Doctorat de littérature française : Typosine, la dixième muse. Alliance poétique et éditoriale dans les canzonieri français (1544-1560) autour des Amours de Ronsard. Sous la direction de M. Olivier Millet à l’Université de Bâle (aujourd’hui professeur à l’Université de Paris IV - Sorbonne). Thèse co-dirigée par M. Olivier Pot (Université de Genève). Thèse parue chez Droz en 2007. Prix de la relève 2008 du Collegium Romanicum.
  • 2004-2005. Université de Paris IV Sorbonne, chercheur associé
  • 2002-2005. Assistant de littérature française, Université de Bâle, Département de langues romanes.
  • Octobre 2002. Stage de « Bibliographie matérielle » à l’Institut de l’Histoire du Livre de Lyon, dirigé par M. Neil Harris (Université de Udine/Italie)
  • 1995-2001. Etudes de littérature et linguistique françaises et italiennes à l’Université de Bâle, Université de Paris IV Sorbonne (3e année) et Université de Hambourg (5e année).

Activités de recherche

Thèse d’habilitation

Renaissances romantiques. Littérature, Histoire, Idéologies, thèse d’habilitation présentée à la Faculté de Lettres de l’Université de Bâle en décembre 2013.

La périodisation, le concept et le terme de « Renaissance » bénéficient déjà d’une longue histoire lorsque cette notion arrive au romantisme, mais jusqu’à présent on ne s’est pas penché sur une étude systématique de sa représentation dans la littérature et dans l’historiographie romantiques en amont du septième tome de l’Histoire de France de Michelet, consacré à la Renaissance et à la Réforme (1855). Mon hypothèse de départ est que la représentation du XVIe siècle est imprégnée d’implications idéologiques et d’instrumentalisations politiques : celles-ci contribuent à la construction d’une période controversée et d’un mythe fondateur des temps modernes.

Colloque international

Masculin et pouvoir de Rousseau à Balzac (Saint-Etienne, 19-20 juin 2011 ; Bâle, 18-novembre 2011) ; co-organisé avec M. Jean-Marie Roulin (UMR LIRE / Université de Saint-Etienne).

Partant du postulat que le genre est construit par des discours, ce colloque a étudié les définitions du masculin, ses remises en cause et ses représentations dans la littérature française autour de la Révolution, depuis ses fondements intellectuels, avec Le Contrat social et l’Emile de Rousseau, jusque dans la figuration romanesque la plus proche de la Révolution, à savoir La Comédie humaine de Balzac.

Exposition

Nel libro di Laura. La poésie amoureuse de Pétrarque à la Renaissance. En collaboration avec Luigi Collarile.

Commissaire scientifique et auteur du catalogue de l’exposition qui s’est tenue à Bâle (Musée Kleines Klingental, 25 août -10 octobre 2005). Organisée pour le VIIe centenaire de la naissance de Pétrarque et réalisée avec la collaboration de la Bibliothèque universitaire de Bâle, l’exposition présentait une centaine d’imprimés du XVIe siècle. Conjointement à l’exposition, organisation de deux concerts et de deux conférences. Le projet a obtenu le soutien du « Comitato Nazionale per le celebrazioni del VII Centenario della nascita di Francesco Petrarca », de l’Ambassade de France en Suisse et de l’Ambasciata d’Italia in Svizzera.

Laboratoires et groupes de recherche

  • Membre associé de l’Unité Mixte de Recherche CNRS LIRE – Littérature, Idéologie, Représentations 5611 ; rattaché à l’équipe de l’Université Jean Monnet (Saint-Etienne) depuis 2009.
  • Membre de l’atelier de recherche « Langue et littérature du XVIe siècle », Université de Paris IV Sorbonne, depuis 2003.

Publications sur la littérature du XIXe siècle

Monographie

  • Renaissances romantiques. Visions politiques du XVIe siècle dans la littérature romantique française, thèse d’habilitation, 500 pp. (soumission prévue à la Faculté des Lettres de l’Université de Bâle : semestre d’automne 2012).

Direction d’ouvrage

Articles sur le XIXe siècle

  • « ‘L’infâme crapule et sa détestable escorte’ : la figure de François Ier dans l’œuvre de Pierre-Louis Roederer », in L’Historiographie romantique, éd. Francis Claudon, André Encrevé, Laurence Richer, Paris, Editions Bière, 2007, p. 47-60.
  • « La Proscription de la Saint-Barthélemi de Pierre-Louis Roederer (1830) entre mémoire de l’Histoire, souvenirs politiques et poétique idéologique », in La Mémoire des Guerres de religion (1760-1830) : enjeux religieux, enjeux politiques, actes du colloque de Paris III (Paris, 26 et 27 janvier 2007), éd. Jacques Berchtold et Marie-Madeleine Fragonard, Genève, Droz, 2009, p. 334-354.
  • « Chateaubriand et la Renaissance : l’espoir du renouveau au XVIe siècle », in Chateaubriand : penser et écrire l’Histoire, actes du colloque de l’Université de Saint-Etienne et de l’Université de Pise (22-23 mai 2008), Presses de l’Université de Saint-Etienne, 2009, p. 77-90.
  • « “La réformation est l’événement majeur de cette époque” : Chateaubriand et les trois vérités de la Réforme », Revue d’Histoire littéraire de la France, 110/4, 2010, p. 935-952.
  • « Des bibliophiles aux ‘Ronsardistes’. Collectionner Ronsard au XIXe siècle », dans Poètes, princes et collectionneurs. Mélanges offerts à Jean Paul Barbier-Mueller, éd. J. Balsamo, N. Ducimetière, M. Jeanneret, Genève, Droz, 2011, p. 457-472..
  • « Expériences historique et esthétique de la transition : l’art de Raphaël d’après Chateaubriand », Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte, 35/3-4, 2011, p. 343-357.
  • « L’Energie virilisante de la Renaissance dans Le Rouge et le Noir de Stendhal », dans Lire Le Rouge et le noir de Stendhal, éd. Xavier Bourdenet, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.