Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Evénements > Colloques > Archives des colloques du LIRE

Colloque international « L’économie de l’attention au carrefour des disciplines »

Jeudi 3 & vendredi 4 octobre 2013, à l’Université Stendhal-Grenoble 3

publié le , mis à jour le

Colloque international « L'économie de l'attention au carrefour des disciplines »

Université Stendhal-Grenoble 3 & Université Pierre Mendes France-Grenoble 2

UMR LIRE-CNRS 5611‒ EMC2 ‒ RARE – GRESEC ‒ TRAVERSE 19-21

COMITÉ SCIENTIFIQUE

  • Bernard Miège (Emérite, Université de Grenoble 3)
  • Michel Jeanneret (Emérite, Université de Genève et de Johns Hopkins)
  • Sandra Laugier (Université de Paris I et CNRS)

COMITÉ D’ORGANISATION

  • Yves Citton (Université Stendhal-Grenoble 3, UMR LIRE-CNRS)
  • Martial Poirson (Université Stendhal-Grenoble 3, UMR LIRE-CNRS)
  • Pierre Le Quéau (Université Pierre Mendes France-Grenoble 2, EMC2-LSG EA 1967)

Contact : LIRE Grenoble

PRÉSENTATION DU COLLOQUE ET DE SA SPÉCIFICITÉ

Au carrefour de l’innovation technologique, de l’économie, du marketing, des sciences de la communication, de l’histoire de l’art, de l’esthétique et de la rhétorique, un nouveau champ de recherches et de réflexions est en train de prendre forme autour de la notion d’économie de l’attention. Dans nos sociétés offrant un accès virtuellement illimité à l’écrit, au son et à l’image, le « temps d’attention » apparaît comme la nouvelle rareté en passe de reconfigurer les lois de l’économie et de la politique.

Autour de quelques chercheurs extérieurs ayant apporté une contribution importante à ce champ émergent, ce colloque sera l’occasion de faire un premier repérage des éclairages croisés que peuvent apporter sur l’économie de l’attention différents centres de recherche du campus grenoblois. La taille volontairement modeste de cette première rencontre vise à offrir un cadre accueillant à un travail inter-équipe et inter-universitaire, qui débouchera sur un événement plus ambitieux organisé à l’horizon de 2015.

ÉVÉNEMENTS ASSOCIÉS AU COLLOQUE

Une conférence de présentation de l’économie de l’attention sera proposée à la Bibliothèque du centre-ville avant le colloque pour faire un premier repérage des aspects principaux de cette notion, et pour inviter un public non-universitaire à venir sur le campus bénéficier des interventions et discussions réunies par le colloque

ORIENTATIONS GÉNÉRALES DU PROJET

Qu’est-ce que l’économie de l’attention ?

La notion d’une économie de l’attention n’est pas nouvelle en soi. Comme le souligne Richard Lanham (2006), ses premiers théoriciens ont été les rhétoriciens, qui se sont préoccupés d’apprendre aux orateurs comment « capter la bienveillance » des juges et des jurés au cours d’un procès. Il y a donc toujours eu des problèmes d’économie de l’attention au sein de tout processus de communication.

À la suite de travaux pionniers d’Herbert Simon (1971), et en parallèle avec la réflexion de Georg Franck (1998), l’expression n’est toutefois devenue d’usage courant qu’à la suite d’une polémique suscitée en 1996 par un article de Michael Goldhaber consacré à « un nouveau type d’économie » qui se trouverait induit par les propriétés du cyberespace. Il y affirmait que « comme toute autre forme d’économie, celle-ci est basée sur ce qui est à la fois le plus désirable mais surtout le plus rare, et c’est maintenant l’attention venant d’autres personnes qui satisfait cette double caractéristique » (Goldhaber 1996a).

Dans les années suivantes, on a fait de l’économie de l’attention le lieu d’un retournement fondamental de nos logiques économiques ancestrales. Comme le disent Thomas Davenport et John Beck, « jadis, l’attention était considérée comme acquise, et c’étaient les biens et les services qui étaient perçus comme porteurs de valeur. À l’avenir, beaucoup de biens et de services seront fournis gratuitement en échange de quelques secondes ou minutes d’attention de la part de l’utilisateur » (2001 : 213). Au lieu que ce soient les produits de consommation, « c’est l’attention qui fait désormais l’objet de la principale rareté » (Lanham 2006 : xi).

En réalité, il faut situer les origines de cette grande transformation dans le développement parallèle de l’industrialisation et du marketing à partir du milieu du XIXe siècle. L’historien de l’art Jonathan Crary a bien analysé comment l’attention devient alors une question socio-économique centrale dès lors que le travail à la chaîne exige de mobiliser une attention très particulière de la part des producteurs, en même temps que l’écoulement des produits ainsi fabriqués en grand nombre requiert de capter l’attention de nouvelles masses de consommateurs, à travers l’émergence des premières formes de publicité et de marketing à grande échelle : « une dimension centrale de la modernité apparaît dans la persistante crise de la capacité d’attention, crise au cours de laquelle l’évolution des configurations du capitalisme pousse continuellement l’attention et la distraction vers de nouvelles limites et de nouveaux seuils, avec une séquence infiniment répétée de nouveaux produits, qui sont à la source de nouvelles stimulations et flux d’information, auxquels répondent de nouvelles méthodes de gestion et de régulation de la perception » (Crary 1999 : 13-14).

… (lire la suite dans le fichier PDF )

PROGRAMME PROVISOIRE

- JEUDI 3 OCTOBRE 2013

9h30 Accueil

10h Ouverture du colloque (Daniel Lançon, Yves Citton)

10h20 Thierry Bardini (Université de Montréal) Attention et Interfaces

11h Session 1 : La rhétorique de l’attention

  • Francis Goyet : « L’ornement comme relance de l’attention »
  • Christine Noille-Clauzade : « L’exorde »
  • Deborah Knop : « L’insinuatio généralisée dans le discours »

12h Discussion

12h30 Repas

14h Georg Franck (Vienna University of Technology) The Attention Economy : Twenty Years Later

14h45 Session 2 : Les dispositifs médiatiques de l’attention

  • Julien Pierre : « Le design de l’attention : informatique, économie et pratiques individuelles dans le web social »
  • Olivier Zerbib : « Le jeu vidéo entre économie de gestes, immersion et réflexivité »
  • Fabienne Martin-Juchat : « Socioéconomie de la communication affective : enjeux et pratiques »

15h45h Discussion

16h15 Pause

16h30 Claudia Roda (AUP Paris) Attention and New Technologies

17h Discussion

18h30 Conférence à la Bibliothèque du Centre-Ville

  • Jean-Philippe Lachaux (Inserm Lyon) : Le cerveau attentif

20h30 Repas

- VENDREDI 4 OCTOBRE 2013

8h30 Accueil

9h Dominique Boullier (Sciences Po Paris) Quatre régimes d’attention

9h45 Session 3 : Régimes d’attention

  • Pierre Le Quéau : « Dispositifs et régimes de l’attention (ou les techniques de l’enchantement) »
  • Anthony Pecqueux : « Tordre l’attention ? Ajustements perceptifs en situation »
  • Adrien Staii et Isabelle Pailliart : « Logiques des medias numériques : une analyse communicationnelle »

10h45 Discussion

11h15 Pause

11h30 Daniele Giglioli (Université de Bergame) (à confirmer)

12h30 Repas

14h Daniel Bougnoux (Université de Grenoble) Médiologie de l’attention

14h45 Session 4 : Expériences esthétiques sur l’attention

  • Florent Gaudez : « Le souci de l’autre. L’attention à contre-pieds »
  • Isabella Mattazzi (présence à confirmer)
  • Henry Torgue : « Posture d’écoute et attention au monde sonore »
  • Robert Bonamy : « Sur la répétition chez Straub & Huillet »
  • Philippe Mouillon : « SPAM : très bonne nouvelle »

16h Discussion générale