Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Publications > Présentation des ouvrages > 2011

Orages, Littérature et culture 1760-1830, N°10

Revue dirigée par Olivier Bara

publié le , mis à jour le

<em>Orages</em>, Littérature et culture 1760-1830, N°10

Orages, Littérature et culture 1760-1830

Revue dirigée par Olivier Bara

N° 10 : « L’œil de la police »

Préparé par Flávio Borda d’Água

Atlande, 2011

ISBN : 978-2-35030-160-0

275 p., 24 €

4e de couverture

La police est aujourd’hui considérée comme une force exclusivement
coercitive et répressive. Or cet « ogre bleu » présente une image à plusieurs
facettes : police, gendarmerie, police judiciaire, experts scientifiques… La police est présente dans nos sociétés européennes dès la période antique et régule toute la vie urbaine. Ce n’est qu’en 1667 qu’est créée une institution véritable : la lieutenance générale de police de Paris.

Censure, surveillance des moeurs, violence urbaine, incendies, gestion de
la pauvreté et approvisionnement de la ville sont quelques-unes des pratiques policières d’Ancien Régime. Seule la période révolutionnaire mettra fin à cette institution, pour mieux la dépasser.

C’est sur ce passage de l’Ancien Régime à la modernité que se penche
Orages. Le rappel des charges et des pratiques policières, éclairées par quelques événements retentissants, fonde historiquement l’étude. Elle est prolongée par une analyse des représentations littéraires bientôt alimentées par le roman policier naissant. Avant la Révolution comme sous l’Empire et la Restauration, la surveillance serrée de quelques écrivains jugés dangereux par le pouvoir (Mme de Staël, Stendhal), la carrière étonnante d’un Vidocq entre haute pègre et basse police, ou la censure des spectacles nourrissent bien des fantasmes : de Mercier à Dumas, la police et son « oeil » fascinent ou médusent.

Ce numéro a reçu les contributions de Catherine Denys, Vincent Milliot,
Christophe Cave, Gérard Gengembre, Brice Frigau, Nicolas Gauthier, Henri
Rossi. Les documents inédits présentés par Odile Krakovitch permettent de
suivre un véritable feuilleton : la série des procès-verbaux de censure du Cid
d’Andalousie (1823-1825) sous la Restauration. Dans le cahier annuel, l’on
découvrira notamment une lettre inédite de Stendhal, avant le fi l rouge de Jean-Noël Pascal et un entretien avec Bronislaw Baczko sur les journées des 5 et 6 octobre 1789.

Table des matières

Fichier PDF à télécharger

Bon de commande à télécharger