Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle
Logo tutelle Logo tutelle


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Colloques, séminaires, journées d’études > Colloques > Archives des colloques du LIRE > Colloque international « Hybridité : formes et figures dans la littérature et les arts visuels »

Colloque international « Hybridité : formes et figures dans la littérature et les arts visuels »

Organisé par V. Guignery (LIRE, ENS de Lyon), C. Pesso-Miquel (LIRE, Lyon2), et F. Specq (LIRE, ENS de Lyon), les 7-8 octobre 2010 à l’ENS de Lyon

Voir la page du colloque sur le site de l’ENS de Lyon

Comité organisateur

  • Colloque organisé dans le cadre du laboratoire LIRE (UMR 5611)

Programme

Thursday 7 October 2010

Lecture room F08

  • 8 : Registration
  • 8.45-9 : Opening of the conference by Olivier Faron, Director of the ENS de Lyon
  • 9-10 : Plenary session - Chair : François Specq (ENS de Lyon)
  • 9-9.30 : Sarga Moussa (Director of LIRE – CNRS) : « Hybridités imaginaires : croisements des cultures, des religions et des langues dans Les Orientales de Hugo »
  • 9.30-10 : Daniel-Henri Pageaux (University of Paris III – Sorbonne Nouvelle) : « Une alternative critique à l’hybridité postcoloniale : le néo-baroque (Littératures hispano-américaines et antillaises) »

Parallel Session 1 : Postcolonial dislocation (F08)

  • 10.30-11 : Florence Labaune-Demeule (University of Lyon 3) : « Hybridity revisited : Anita Nair’s Mistress »
  • 11-11.30 : Laetitia Zecchini (CNRS) : « L’hybridité et l’étrangeté charriés par l’histoire : une poésie indienne ‘exilique’, minoritaire et impropre »

Parallel Session 2 : Hybridity and the visual arts

  • 10.30-11 : Claudine Armand (University of Nancy 2) : « Forms and practices of hybridization in Fred Wilson’s visual art »
  • 11-11.30 : Sophie Dannenmüller (University of Paris I Sorbonne) : « ‘Café Mestizo : a grind so fine you give in to the pleasure’ : The use of the medium to criticize society in David Avalos’ hybrid sculptures »
  • 11.30-12 : Elise Trogrlic (University of Rouen) : « Instability as praxis : the hybrid as a cross of failure and fertility in John Edgar Wideman’s treatment of Giacometti »

Parallel Session 3 : Challenging fixed identities

  • 10.30-11 : Tania Zulli (University of Rome 3) : « Identities in Transition : Hybridism in R. L. Stevenson’s Colonial Fiction »
  • 11-11.30 : Claude Le Fustec (University of Rennes 2) : « Magic realism : the poetics of hybridity in African American Literature »
  • 11.30-12 : David Waterman (University of La Rochelle – Bordeaux 3) : « The Contact Zone in Wartime : Hybridity’s Promise and Terror in Nadeem Aslam’s The Wasted Vigil »

Parallel Session 1 : Hybridizing Englishness (F08)

  • 2-2.30 : Anne Dromart (University of Lyon 3) : « Hybridity, Legitimacy and Identity in the writings of Daniel Defoe »
  • 2.30-3 : Jean-Michel Ganteau (University of Montpellier 3) : « Mongrelization and Assimilation : The Hybridity of Englishness »

Parallel Session 2 : Salman Rushdie’s hybrid poetics

  • 2-2.30 : Lise Guilhamon (University of Versailles Saint Quentin) : « English ‘made as India’ : the language of Salman Rushdie’s fiction between linguistic heterogeneity and poetic hybridity »
  • 2.30-3 : Kerry-Jane Wallart (University of Paris IV Sorbonne) : « Imperial authority and Renaissance perspective in Salman Rushdie’s The Enchantress of Florence »

Parallel Session 3 : Identity and otherness in recent Australian fiction

  • 2-2.30 : Maryline Brun (University of Toulouse-le Mirail – University of Melbourne) : « Racial and Literary Hybridity in Brian Castro’s Shanghai Dancing »
  • 2.30-3 : Salhia Ben-Messahel (University of Lille 3) : « Hybridity as the site of difference in Nicholas Jose’s The Red Thread and Gail Jones’s Dreams of Speaking »

Lecture room F08

  • 3.30-7pm : Plenary session – Chairs : Catherine Pesso-Miquel (University of Lyon 2) and Vanessa Guignery (ENS de Lyon)
  • 3.30-4 : Jopi Nyman (University of Eastern Finland) : « A Carvery of Hybridity : Monica Ali’s In the Kitchen »
  • 4-4.30 : Joel Kuortti (University of Turku) : « Hybridity as a ‘Disease’ in Salman Rushdie’s The Enchantress of Florence »
  • 5.30-7 : Abha Dawesar in Conversation

— 

Friday 8 October 2010

Parallel Session 1 : The Mongrel Self (F08)

  • 9-9.30 : Myriam Bellehigue (University of Paris IV Sorbonne) : « Louise Erdrich’s Love Medicine : a mixed-blood narrative »
  • 9.30-10 : Elisabeth Bouzonviller (University Jean Monnet, St-Etienne) : « Cracks and "Bricolage" in Louise Erdrich’s The Antilope Wife or the Art of Hybridity »
  • 10-10.30 : Héliane Ventura (University of Orléans) : « Unadulterated Violence : The Hermeneutics of Hybridity in Native and Non-Native Fiction »
  • 11-11.30 : Jean-Marc Victor (University of Paris IV Sorbonne) : « Figures of hybridity in William Faulkner’s Sanctuary »
  • 11.30-12 : Michaël Taugis (University of Paris VII-CEJA) : « There and Back : Cross-Cultural Journeys and Interweavings in Gary Shteyngart’s The Russian Debutante’s Handbook. »

Parallel Session 2 : Writing the hybrid self

  • 9-9.30 : Ebrahim Salimikouchi (University of Ispahan) : « Polyphonie de l’écriture du ‘moi’ hybride dans l’œuvre autobiographique d’Assia Djebar »
  • 9.30-10 : Laure Gardelle (ENS de Lyon) : « The contribution of pronominal gender to the representation of a hybrid linguistic identity »
  • 10-10.30 : Sihem Arfaoui Abidi (Gafsa University) : « The Between-world Dilemma : Pains and Pleasures of Hybridity in Arab and Arab American Memoirs »
  • 11-11.30 : Françoise Dupeyron-Lafay (University of Paris Est Créteil) : « Denaturing, contamination and hybridity in Thomas de Quincey’s autobiographical works (1821-1853) »
  • 11.30-12 : Teresa Gibert (UNED, Madrid) : « Thomas King and the Paradoxes of Hybridity »

Parallel Session 3 : Cross-cultural fertilization - Chair : Judith Misrahi-Barak (Montpellier 3)

  • 9-9.30 : Corinne Duboin (University of La Réunion) : « Black Atlantic Literature : Aesthetics, Hybridity and Globality »
  • 9.30-10 : Yolaine Parisot (University of Rennes 2) : « L’hybridité, un obstacle au comparatisme postcolonial ? L’exemple de la Caraïbe et de l’océan Indien »
  • 10-10.30 : Blossom Ngum Fondo (University of Maroua) : « Metaphors of ‘Twoness’ : Constructing a Double Heritage in Michelle Cliff’s Abeng »
  • 11-11.30 : Eileen Williams-Wanquet (University of La Réunion) : « Lindsey Collen’s The Rape of Sita (1993) : the Politics of Hybridity »
  • 11.30-12 : Markus Arnold (University of La Réunion) : « Cosmopolitan visions and odysseys of memory : identity twists in the writing of Mauritian author Amal Sewtohul »

Parallel Session 1 : Neo-Victorian grafts (F08)

  • 2-2.30 : Christian Gutleben (University of Nice) : « Hybridity as oxymoron : An interpretation of the dual nature of neo-Victorian fiction »
  • 2.30-3 : Nicole Terrien (University of Rennes 2) : « The Neo-Victorian novel : Hybrid or Intertextual Mosaic ? »
  • 3-3.30 : Monica Latham (University of Nancy 2) : « Bringing newness to the world : Lloyd Jones’ ‘Pacific version of Great Expectations’ »

Parallel Session 2 : Hybridizing myths

  • 2-2.30 : Simona Corso (University of Rome 3) : « Robinson’s Adventures in a Hybrid World »
  • 2.30-3 : Sneharika Roy (University of Paris III – Sorbonne Nouvelle) : « Hybridizing Homer : A Case of Epic Genes and Genre in Derek Walcott’s Omeros »
  • 3-3.30 : Madhu Krishnan (University of Nottingham) : « Narrative Hybridity and the Dynamism of the Postcolonial in Chris Abani’s GraceLand »

4-5.30pm : Plenary session – Chair : François Specq (ENS de Lyon)

  • 4-4.30 : John Hutnyk (Goldsmiths, University of London) : « Creativity across borders »
  • 4.30-5 : Deborah Madsen (University of Geneva) : « Hybridity, hyphenation and mixed-race identities »
  • 5.30 : End of conference

Présentation

Le but de ce colloque est de faire le point sur la notion d’hybridité afin d’en évaluer la portée en littérature et dans les arts visuels. Si le concept est particulièrement répandu dans le milieu anglophone (Grande-Bretagne, Amérique du Nord et monde postcolonial), il se révèle également pertinent dans le contexte des littératures francophones et hispanophones (Amérique latine et Caraïbes en particulier).

Au cours des deux dernières décennies, le concept d’hybridité a suscité de nombreux débats et donné lieu à de multiples publications : terme galvaudé que certains emploient avec désinvolture pour qualifier une masse disparate de sujets et d’objets dans des domaines très divers, il est souvent associé à des notions telles que métissage (ou « mestizaje »), créolisation, syncrétisme, diaspora et transculturation. Lors de nos travaux, il conviendra de se prémunir d’une part contre un défaut de discrimination qui mène à une prolifération de sens et une banalisation du concept et d’autre part contre une tendance à l’essentialiser. Il s’agira d’en retracer l’évolution et les avatars : principe honni par les partisans de la pureté raciale, processus revendiqué avec enthousiasme par les adeptes du mélange et du syncrétisme, l’hybridité est également une notion envisagée avec suspicion par ceux qui déplorent sa dimension protéiforme et triomphaliste, et son défaut d’enracinement politique. Ces trois orientations générales ont donné lieu non seulement à des développements théoriques mais aussi à des créations littéraires et à des manifestations artistiques que nous nous proposons d’analyser au cours de ce colloque. …

Le terme d’hybridité trouve son origine en biologie et en botanique où il désigne le croisement de deux espèces, par pollinisation croisée, qui donne naissance à une troisième espèce. À l’époque victorienne où les différentes races étaient identifiées à des espèces, mais aussi dans les discours essentialistes coloniaux et nationalistes qui défendent un mythe de pureté, le concept d’hybridité se trouva en butte à des attaques entachées de connotations raciales et racistes. On pourra ainsi considérer comment la question de l’hybridité peut donner aux œuvres littéraires et artistiques une dimension politique et éthique. Sous l’impulsion de Homi Bhabha qui s’inspira lui-même d’écrivains tels que Salman Rushdie ou Toni Morrison, mais aussi sous la plume de Paul Gilroy, Stuart Hall ou James Clifford, la théorie postcoloniale s’est emparée de la notion d’hybridité pour désigner des formes transculturelles nées de croisements linguistiques, politiques ou ethniques, et s’écarter des binarismes et symétries en place (Est/Ouest, noir/blanc, colonisateur/colonisé, majorité/minorité, soi/autre, intérieur/extérieur…).

L’hybridité s’oppose alors au mythe de la pureté et de l’authenticité raciales et culturelles, de l’identité fixe et essentialiste, pour privilégier le mélange, le métissage, le syncrétisme, et favoriser le composite, l’impur, l’hétérogène, l’éclectique. Elle se présente comme un discours alternatif qui subvertit l’idée même d’une culture dominante et d’un canon unique, et invite à repenser les structures de pouvoir. Le concept est intrinsèquement lié à la notion d’identité, en particulier pour les individus qui se partagent entre plusieurs cultures, les migrants, les communautés diasporiques, mais aussi à la question des langues (phénomènes de créolisation) et du mélange des cultures et traditions. On pourra analyser la manière dont les œuvres littéraires et artistiques représentent ces personnages aux identités multiples et aux origines mêlées qui vivent avec plus ou moins de bonheur leur positionnement hybride et que la société accueille avec plus ou moins de bienveillance. On pourra également analyser comment les modalités d’écriture elles-mêmes ont ou non été affectées par les processus inter-culturels : la langue ellemême peut se transformer et se faire hybride, tandis que d’autres auteurs, à l’inverse, cherchent selon diverses stratégies à s’inscrire malgré tout dans la langue « dominante ».

Ce colloque sera enfin l’occasion de se demander dans quelle mesure les enjeux et les formes de l’hybridité ont pu évoluer au fil du temps : peut-elle, doitelle se penser selon des modes différents selon qu’on considère la littérature afroaméricaine du XIXe siècle, la littérature hispano-américaine contemporaine ou les littératures postcoloniales d’un monde globalisé ? À une époque où les notions de frontière et d’identité nationale sont constamment redéfinies, certains commentateurs ont en effet envisagé l’hybridité comme un effet culturel de la globalisation (concept lui-même nullement univoque). On pourra s’interroger sur le sens que recouvre le terme d’hybridité dans un univers globalisé qui tend à gommer les différences et les inscriptions locales, mais dans lequel aussi les particularismes et l’esprit de clocher refont insidieusement surface, par le biais notamment de replis identitaires et communautaristes et/ou d’intégrismes religieux qui insistent sur l’unicité, la pureté et l’intégrité des identités et cultivent l’endogamie et le rejet de l’Autre.


Programme en PDF

PDF - 142.2 ko