Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Publications > Présentation des ouvrages > 2007

Copier/Coller. Écriture et réécriture chez Voltaire

Actes du colloque international (Pise, 30 juin - 2 juillet 2005)

publié le , mis à jour le

Copier/Coller. Écriture et réécriture chez Voltaire


Actes du colloque international (Pise, 30 juin - 2 juillet 2005)

Textes réunis et édités par Olivier Ferret, Gianluigi Goggi et Catherine Volpilhac-Auger

Ediziono Plus Universita di Pisa

252 p., 18 €

ISBN : 978-88-8492-430-8


Le volume, publié en 2007, rassemble les actes d’un colloque qui a réuni à Pise deux équipes qui travaillent actuellement à l’édition de textes importants de Voltaire : les Questions sur l’Encyclopédie (1770-1774), dont le titre même dit bien la relation problématique à l’une des œuvres majeures du XVIIIe siècle, et l’Essai sur les mœurs, publié en 1756 mais issu de travaux antérieurs, et plusieurs fois réédité avec des augmentations.

De par leur définition et leur conception même, Questions et Essai déploient l’éventail du réemploi et de l’intertextualité. Œuvres-sommes, dans lesquelles convergent les idées et les thèmes qui ont alimenté aussi bien les romans et contes que les ouvrages de polémique ouverte ou réputés plus « philosophiques », mais aussi œuvres de la maturité, possédant chacune sa spécificité : les Questions sur l’Encyclopédie ont toujours souffert de la proximité avec le Dictionnaire philosophique, et depuis la fin du XVIIIe siècle sont apparues comme une simple reprise sous un autre habillage du Dictionnaire – plusieurs communications dans ce volume montrent que la question est beaucoup plus complexe et plus intéressante, et qu’il faut d’abord interroger la pratique des éditeurs antérieurs pour comprendre comment s’est forgée cette idée. Quant à l’Essai sur les mœurs, il souffre d’un autre vice : comme toute œuvre historique, il s’appuie sur des sources plus ou moins identifiables ; dès lors la tentation est grande de faire de Voltaire un simple mosaïste, empruntant sans vergogne à ses devanciers, dissimulant ses larcins sans arriver à cacher qu’il fut plus compilateur qu’auteur ; plus grande encore celle de limiter l’annotation à l’identification et à la délimitation des sources..., ce qui est nier tout l’intérêt de la démarche de celui qui est apparu comme un des plus grands historiens de son temps, le seul qu’on lise encore aujourd’hui.

Les actes ici rassemblés montrent d’ores et déjà qu’il est impossible de réduire de la sorte l’activité de celui qui se fit historien pour extraire ce qui était essentiel, et cela seulement, de la masse de détails qui au XVIIIe siècle est réputée caractériser l’érudition : alors seulement pouvait-elle être transformée en une lecture agréable et utile. Les modalités de la reprise et de la réécriture des documents utilisés, et au-delà le rapport même aux sources, à commencer par les raisons pour lesquelles elles ont été choisies, c’est ce que se proposaient aussi plusieurs de ces études, qui permettent d’envisager l’écriture de Voltaire selon les modalités de la variation, des thèmes, des idées comme des formules.


Olivier Ferret, maître de conférences à l’Université Lyon 2 et membre de l’Institut universitaire de France, s’intéresse à la littérature polémique et satirique du XVIIIe siècle. Membre du comité éditorial des Œuvres complètes de Voltaire (Voltaire Foundation), il a effectué l’édition critique de plusieurs textes, participe à celle des Questions sur l’Encyclopédie et codirige, avec C. Volpilhac-Auger, celle de l’Essai sur les mœurs.

Gianluigi Goggi enseigne la littérature française à l’Université de Pise. Il est spécialiste en particulier du dernier Diderot et de l’abbé Raynal. Il est membre du comité de publication des Œuvres complètes de Diderot (Paris, Hermann) et du comité éditorial de l’édition de l’Histoire des deux Indes, en cours au Centre international de Ferney-Voltaire. Il collabore à l’édition de l’Essai sur les mœurs de Voltaire (Voltaire Foundation).

Catherine Volpilhac-Auger enseigne la littérature française à l’École normale supérieure de lettres et sciences humaines (Lyon). Elle codirige la publication des Œuvres complètes de Montesquieu (Voltaire Foundation) et a consacré plusieurs ouvrages à l’édition de ses manuscrits. Elle travaille également sur l’écriture de l’histoire au XVIIIe siècle, et codirige avec O. Ferret l’édition en cours de l’Essai sur les mœurs de Voltaire (Voltaire Foundation).