Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Evénements > Colloques > Archives des colloques du LIRE

Archives des colloques LIRE

Science et merveille. Table ronde, juillet 2007

Responsable : Yves Citton

publié le , mis à jour le

SCIENCE ET MERVEILLE
Discours de savoirs et modèles scientifiques dans les fictions merveilleuses du XVIIIe siècle.

Table ronde

Congrès des Lumières

Montpellier, 8 au 15 juillet 2007

Au tournant des années 1700 s’engagent de profondes transformations du savoir et de son image dans l’opinion culturelle et artistique du temps : dans un contexte de sécularisation de la culture, de nouveaux domaines et de nouvelles approches émergent, aussi bien dans les sciences de la matière et du vivant que dans des disciplines encore liées aux « Belles-Lettres » comme l’histoire, la théorie politique, l’économie, etc. Conjointement, l’approche du merveilleux a profondément évolué après la querelle de la Fable, autant dans le sens d’une laïcisation critique, que du maintien d’une inquiétude et/ou d’une fascination à l’égard du surnaturel (au sens large : fabuleux et féerique, prodiges et miracles, merveilles de la nature, etc.), dans les marges ou en doublure des savoirs positifs. Dans un moment historique où les grands partages en cours des domaines et des spécialisations n’ont pas encore rompu les liens des sciences et des lettres, il s’agira d’interroger la ligne frontière, poreuse, déformable, sans cesse reconsidérée et reconstituée au cours du siècle, entre science et merveille. La problématique de cette table ronde concernera donc l’interaction réciproque au XVIIIe siècle, des fictions merveilleuses avec les discours et modèles scientifiques.

Pour l’occasion, le propos sera volontairement limité à l’un des deux volets du dispositif : on se demandera donc quel est l’impact des méthodes et des modèles du discours de la science sur l’écriture du merveilleux au XVIIIe siècle, ce qui pourrait se décliner selon les axes suivants :

  • l’écriture scientifique/philosophique de la fiction merveilleuse : comment s’articulent le nouveau savoir, son application et la forme littéraire : le conte philosophique ;
  • la structuration scientifique des fictions merveilleuses : la question de la temporalité (nouveaux modèles du temps ?), de la construction narrative (enchaînements, hasard ou déterminisme), des causalités (socio-politiques, économiques) – ordonnancement du récit et réorganisation du monde (céleste, astronomique, et terrestre) ;
  • la mise à l’épreuve par la fiction merveilleuse des discours ou concepts scientifiques (théorie, hypothèse, observation, expérience) : expérimentation de mondes possibles (fables, contes, utopies-voyages imaginaires), confrontation d’observations ou d’hypothèses (dialogues, entretiens) ;
  • les modèles mathématiques et la poétique de la merveille : invention verbale (onomastique, monde-paragramme) et combinatoire mathématique nouvelle du monde ;
  • développement parallèle de la fiction merveilleuse et de l’imaginaire économique dans l’exploration des vertus du nombre et des interactions entre croyance et croissance ;
  • modalités et procédures de l’assimilation par les fictions « orientales » de l’émergence et de la diffusion de nouveaux savoirs anthropologiques (travaux orientalistes depuis D’Herbelot, relations de voyages, traductions, etc.).

Les personnes intéressées voudront bien prendre contact avec Jean-François Perrin, UMR LIRE 5611, université Grenoble 3 (Courriel :@Perrin) ou Aurélia Gaillard, TELEM, université Bordeaux 3 (Courriel :@Perrin)